Avis

Le Bureau du Vérificateur Général a le plaisir d’informer les candidats aux emplois de Vérificateurs Assistants, de Chargé de Communication, de Chargé d’Appui au Chef du Service Approvisionnement et Marchés Publics, d’Assistants de direction et de Chauffeurs, ouverts suite à l’avis de recrutement publié sur son site web (www.bvg-mali.org), dans le quotidien national « L’Essor » du lundi 1 Lire la suite

Cérémonie de décoration de dix (10) membres du Bureau du Vérificateur Général

Bamako 10 avril 2017- Ce lundi 10 avril 2017 s’est tenue la cérémonie solennelle de décoration de huit (08) membres du Bureau du Vérificateur Général auxquels Son Excellence Monsieur le Président de la République a bien voulu décerner des distinctions honorifiques. Ont pris part à ladite cérémonie le Vérificateur Général et l’ensemble de son personnel ainsi que le Grand Chance Lire la suite

Le Vérificateur Général a reçu les coordinateurs du projet d’appui à l’adaptation aux changements climatiques

posté le 07-07-2016

BAMAKO, le 6 Juillet 2016 – Le Vérificateur Général du Mali, Monsieur Amadou Ousmane TOURE, a reçu en audience une délégation de l’UNCDF, l’agence d’investissement des Nations Unies pour les 48 pays les moins avancés du monde (PMA). La délégation était conduite par Madame CISSE Safiatou Diarra, Coordinatrice Technique du Programme « Local Dévelopment Finance Practice » (LDFP).
Les échanges ont porté sur le projet intitulé « Local Climate Adaptive Living Facility » (LoCAL), une initiative de l’UNCDF visant à mettre en place un mécanisme de financement de l’adaptation des collectivités territoriales aux changements climatiques. LoCAL opère à travers des subventions basées sur la performance desdites collectivités en matière de gestion financière, budgétaire et environnementale. Suite au lancement de la phase pilote dans les communes de Kayes et Nioro, les coordinateurs du projet LoCAL effectuent des visites d’échange auprès de l’ensemble des structures de contrôle en vue de mieux comprendre les mécanismes par lesquels la gestion des collectivités territoriales est auditée par l’Etat.
L’UNCDF attache une importance particulière à travailler avec les Collectivités Territoriales. Le but recherché dans ce programme est d’utiliser les mécanismes qui passent par l’Etat afin d’inclure toute la chaîne décisionnelle dans le processus. Mais pour une plus grande efficacité de LoCAL, l’UNCDF insiste sur la transparence, la bonne gestion et la redevabilité. C’est pourquoi la délégation du jour a tenu à rencontrer le Vérificateur Général afin de recueillir ses conseils sur le meilleur moyen d’assurer un contrôle effectif des communes bénéficiaires des fonds du programme.
Le Vérificateur Général a salué l’initiative de cette organisation internationale. Il a expliqué que la préservation de la biodiversité et de l’environnement devrait faire l’objet d’une attention particulière de tous. A ce titre les fonds mis à disposition des Collectivités doivent être rigoureusement gérés par les gestionnaires. Evoquant le contrôle des collectivités territoriales, Amadou Ousmane TOURE a indiqué qu’il procèdera bientôt à la vérification de la gestion des Conseils régionaux et de Cercle ainsi que des communes urbaines de certaines régions du pays. Il a motivé cette décision par sa volonté affichée de faire en sorte que le processus de régionalisation en cours ainsi que les initiatives similaires à celles du projet LoCAL fassent l’objet d’un suivi et d’une évaluation particuliers.

La Cellule Communication

 

Le Vérificateur Général reçoit la Présidente de l’Union Francophone de l’Audit Interne

posté le 01-07-2016

BAMAKO, le 28 Juin 2016 – Le Vérificateur Général du Mali, Monsieur Amadou Ousmane TOURE, a reçu en audience Madame Mireille HARNOIS, Présidente de l’Union Francophone de l’Audit Interne (UFAI), accompagnée de Madame Kadiatou KONATE, Présidente de l’Association des Contrôleurs, Inspecteurs et Auditeurs du Mali (ACIAM). Madame la Présidente de l’UFAI était en visite de courtoisie au Bureau du Vérificateur Général.

Les échanges ont porté sur les perspectives de développement de l’Audit Interne dans le service public, la lutte contre la mauvaise gestion en Afrique et l’organisation de la prochaine rencontre d’experts à Paris. Evoquant le développement de l’Audit Interne dans l’administration, le Vérificateur Général et son interlocuteur ont conjointement souhaité que cela se généralise afin d’améliorer le cadre de gestion des finances publiques au Mali. Mme HARNOIS a souhaité que l’on démystifie le métier d’Audit Interne pour lui donner de la valeur. « Il faut montrer que l’Audit permet l’amélioration et non la répression au sein de l’entité auditée », a-t-elle affirmé. Elle a souhaité que les responsables au plus haut niveau soient mieux sensibilisés sur la question.

Pour sa part, le Vérificateur Général s’est interrogé sur la vision que se font les hautes autorités du système d’Audit actuellement en place. Il a émis des doutes sur l’adaptabilité d’un tel système à la réalité socio-politique et économique des pays africains. Selon Amadou Ousmane TOURE, notre système de gouvernance et notre fonctionnement global doivent être complètement audités afin de s’engager dans un processus de réforme de l’Etat qui permette d’assurer la mise en place d’Institutions et de structures de développement adaptées à nos réalités locales.

Concernant l’avenir du continent africain, le Vérificateur Général a déploré le degré de corruption et d’impunité qui y règne comme étant un facteur de recul démocratique et économique important. « Ces phénomènes sont à de tels niveaux que c’est inquiétant pour la survie même de l’Etat et faire la politique de l’autruche ne servira qu’à les envenimer ! », martela-t-il. Amadou Ousmane TOURE a estimé que l’espoir de lendemains meilleurs dépend de la capacité de nos Sociétés et de nos Etats à fournir de vrais efforts pour mieux sécuriser l’argent public. En ce sens, l’utilisation de l’audit interne pourrait être un atout non négligeable. C’est pourquoi, le Vérificateur Général a révélé à ses interlocuteurs qu’à l’aune des 10 ans de son Institution, il a ouvert la réflexion sur les moyens les plus efficaces de lutter contre la corruption. Une partie des propositions en ce sens seront dévoilées lors du discours qu’il prononcera à l’occasion de la remise de son Rapport Annuel 2015 au Président de la République.

Réagissant à cette intervention, la Présidente de l’UFAI a chaleureusement félicité le Vérificateur Général pour sa clarté d’esprit et son engagement à améliorer le cadre de gestion des finances publiques maliennes. Elle a appelé à la synergie d’action entre tous les acteurs de la lutte contre la mauvaise gestion. « Il faut lancer un message fort et clair aux plus hautes autorités afin que les générations futures bénéficient d’un avenir mieux sécurisé et prospère », conclu Madama HARNOIS.

Finalement, la Présidente de l’UFAI s’est jointe à la Présidente de l’ACIAM pour inviter le Vérificateur Général à participer à la Conférence internationale des Auditeurs Internes qui se tiendra à Paris au mois de Novembre prochain. Face à la clarté des idées portées par Amadou Ousmane TOURE sur les questions de contrôle, la Présidente de l’UFAI a émis le souhait qu’il rédige une contribution qui pourrait être publiée dans la revue internationale des auditeurs internes.

 

La Cellule Communication

Gouvernance au Mali : Une Administration Erigée en Mafia, Une dérive inquiétante pour le Mali

posté le 26-01-2017

Source : Le Républicain

L’administration malienne coûte cher au contribuable. Plus de la moitié du budget de l’Etat est consacré au payement des salaires et au fonctionnement de l’administration –bâtiments, parc automobile, télécommunication, déplacements, consommables, etc. Pour chaque franc investi (en infrastructures de base, routes, écoles, etc.), l’état dépense 1,37 franc supplémentaire rien que dans l’administration. De 2010 à 2017, le budget malien a plus que doublé – passant de 1101 milliards FCFA à 2270 milliards FCFA, soit 106% d’augmentation– sans grand impact sur les secteurs vitaux comme éducation et la santé, ou encore l’efficacité des services administratifs. L’impact aurait dû être positif, vu que la croissance démographique n’a été que de 23,1% sur la même période – la population passant à 18,6 millions d’habitants. L’administration malienne est très improductive, mais pire, même les fonds alloués aux investissements disparaissent ou sont utilisées à d’autres fins. Une véritable mafia s’est mise en place pour faciliter l’enrichissement de certains par la fraude et le vol.
Frauder pour s’enrichir:
L’état est pauvre, aime-t-on répéter, mais l’administration ne se prive pas. Les rapports du Bureau du Vérificateur Général (BVG) sont assez éloquents ;Lire la suite ...