Le Républicain du 5 août 2014

posté le 05-08-2014

Le Républicain du 5 août 2014 :”Dans une lettre au gouvernement malien : L’UE demande copie de la facture d’achat de l’avion présidentiel …”





Après sa saisie dont on ne sait pas encore combien nous a valu son retour, l’avion présidentiel, le Boeing 737 a repris son envol avec un cortège de désapprobation nationale et internationale. Et dans un tollé général parce que c’est l’achat de cet avion de prestige et le contrat de fournitures et d’équipements militaires, qui sont à l’origine de la brouille entre notre pays et ses partenaires techniques et financiers. Dans une lettre l’Union européenne demande des comptes au gouvernement malien.



L’information a été donnée par l’hebdomadaire le Sphinx dans sa parition du vendredi 1er août : « l’Union européenne a écrit officiellement à IBK, pour demander des documents relatifs à l’achat de l’avion et au marché d’armement de 70 milliards de FCFA ».



En effet, la Direction générale du développement et de la Coopération (Europe Aid) de l’Union européenne, à travers son Directeur Afrique de l’Ouest et Centrale Pierre AMILHAT, vient de faire parvenir une lettre au gouvernement malien, à laquelle nous avons eu accès et consultée. Cette lettre en date du 17 juin 2014, a été adressée au ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale, en sa qualité d’Ordonnateur national du FED.



Dans cette lettre l’Union européenne sollicite du gouvernement malien « copie du contrat d’achat de l’avion présidentiel et du contrat d’achat de fourniture et d’équipements miliaires ». Le Directeur Afrique de l’Ouest et Centrale du développement et de la Coopération (Europe Aid) Pierre AMILHAT a également sollicité tous les éléments s’y référant, pour lesquels des discussions sont en cours avec le FMI.



La Commission de l’Union européenne est pleinement disposée à financer un « audit des principaux marchés publics lancés par le gouvernement », en pleine coordination avec le Bureau du Vérificateur Général, afin d’appuyer l’administration malienne à « un meilleur suivi et une meilleure mise en œuvre des réglementations nationales », souligne la lettre.



Ces préoccupations en rapport avec les consultations d’audits, sont aussi celles de la communauté internationale ; et le patron du développement et de la Coopération (Europe Aid) pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, Pierre AMILHAT a informé le gouvernement malien que « l’examen du dossier de demande de décaissement de 2014 de notre appui budgétaire fera l’objet d’une étude approfondie par mes services à Bamako comme à Bruxelles ».



Toutefois, il restera conditionné à la « première revue de l’arrangement triennal au titre de facilité élargie de crédit prévue au mois de septembre, tel que prévu dans la convention de financement ». En clair, il n’y aura de décaissement venant de l’Union européenne que le FMI délivrera son quitus.



B. Daou



 



Dernière mise à jour de cet article: 22-11-2017